Atelier onguent à la consoude

Bonjour amis des jardins et des solutions maison.
Retour sur l’atelier « onguent à la consoude » réalisé chez Amélie fin décembre dernier que nous remercions pour son accueil. Remerciement également à Marlon, Hélios et Izanella pour leurs compte-rendus, prises de notes, photos, que je vais tenter de compiler ici tout en gardant l’esprit de chacun… attention, les blagounettes de Marlon sont en italique et en couleur (:) ) Si vous ne comprenez pas tout, n’hésitez pas à lui demander… surtout pour celles et ceux qui n’étaient pas présents à l’atelier…

Pour faire un bon onguent des familles :

  • 125ml de macérât huileux filtré
  • 15g de beurre de karité (ou de cire si absence de beurre)
  • 15g de cire d’abeille (feuilles ou pastilles que l’on peut trouver sur des sites marchands comme aromazone, abiessence, ferme de Saussac, les senteurs du chat…)
  • 15 gouttes d’huiles essentielles pour 100ml de macérat (on peut ajuster en fonction des effets recherchés, de l’odeur, et autres critères). Attention, ne jamais mettre les gouttes à chaud car ce liquide est très volatile (et donc s’enfuirait sous d’autres cieux…).

Quelle procédure doit-on respecter ?

  1. Beurre + Cire + Macérat au bain marie (200°C). Ici, nous avons utilisé un mélange de macérats (feuilles et racines).
  2. Lorsque ça commence à figer – sorte d’anneau qui se forme sur les bords – il faut ajouter les additifs (Vitamine E = 40 gouttes ; romarin 8 gouttes ; gaulthérie 10 gouttes ; eucalyptus citronné 12 gouttes)
  3. Il n’y a plus qu’à mettre en pot, en boîte ou sur la peau si on s’est fait mal au dos à cause d’une mauvaise posture.

Zoom sur les huiles que nous avons mises ou que nous aurions pu mettre (ce que nous nommerons les additifs) :

  • Vitamine E (8 gouttes pour 100ml), idéal pour la conservation et la peau, (on peut trouver à l’aromathèque cours Vitton ou l’une des adresse précédemment citées). On peut remplacer par une HE si nécessaire (lavande par ex)
  • Gaulthérie, efficace pour les articulations
  • Romarin à cinéol (conservation)
  • Eucalyptus citriodora (ou citronné). (anti-inflammatoire)
  • Hélychrise italienne (résorption des hématomes) attention, cette huile est photosensible, donc en cas d’exposition au soleil,  sérieux risques de réactions aucune différence ne se ferait entre un poulet à la broche et vous…

Les petites astuces

  • Conservation au frigo s’il fait chaud dans la maison
  • Dans un onguent, pas de liquide aqueux,  ce qui explique le macérat soit huileux ! Sinon, c’est une crème…

Le macérât

Faire sécher les feuilles ou les racines de consoude 1 ou 2j, non lavées, les recouvrir d’huile et veiller à ce que les feuilles soient toujours immergées. Sans quoi vous obtiendriez un liquide avec une couleur douteuse et une odeur nauséabonde comme le fait remarquer à sa manière notre ami Marlon… (sinon ça remonte en surface et ça pourri. Ajouter l’huile qui doit recouvrir les feuilles. Laisser moisir un bon 1 mois !)

Quelques mots sur la consoude !

  • Même famille que la bourrache (donc que l’huitre)
  • Origine Europe / se trouve en lisières de foret
  • Vertus soignante et régénératrices (peut réparer certaines fractures) – à essayer chez soi avec un marteau, se taper sur les doigts bien fort et mettre l’onguent ; à faire avec l’aide d’un ami, ennemi ou professionnel de la chose.
  • La consoude fonctionne sur la peau, les muscles et les os/articulations. En cas de fracture, rajouter une infusion d’ortie (contient de la silice) ou/et de la prêle.
  • S’utilise en interne également, notamment pour combattre un ulcère digestif (avec les feuilles). Attention toutefois aux personnes ayant un problème hépatique car la consoude fait partie des alcaloïdes. Ne pas en consommer dans ce cas précis !
  • En usage externe, s’applique en cataplasme avec de l’argile si besoin.
  • Sa fleur est bleue violette et est comestible, avec un goût iodé comme l’huitre.
  • Cette plante est riche en protéine. Pour la manger il faut cependant que les feuilles arrivent à maturité mais pas trop vieille quand même
  • Elle possède de profondes racines (1,5m en 3 ans).
  • Pour finir, les principes actifs de cette plante sont beaucoup plus concentrés dans la pulpe de ses racines. (à ne prélever que si on en a suffisamment bien sûr)

AVERTISSEMENT : pensez à consulter un médecin qui établira un diagnostic. Il ne s’agit pas ici de préconiser l’automédication. 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Atelier onguent à la consoude »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s