Les trésors de la Friche Rouge

Escapade semi-clandestine samedi 21 octobre pour Carole, Isabelle et Annie !

Direction : la friche Rouge, par la Rue Jean Bourgey – secteur Gratte-Ciel.

Objectif : un cognassier, ployant sous les fruits, et qu’il aurait été dommage de voir gâchés.

Après s’être assuré que les coings n’allaient pas être ramassés, et avec l’aimable autorisation des services de la Mairie, nous avons pu accéder à ce jardin provisoire sur la ZAC du Centre Ville de Villeurbanne, pour faire la récolte.

Ce qui fut fait, sous l’œil sévère et arachnéen de la gardienne de l’arbre…

Une partie des coings sera cuisinée par les participantes à cette escapade, et proposé à la dégustation lors d’une « battle de coing » le 8 décembre au jardin d’Yvonne et  le reste a été amené à la permanence du lendemain, et partagé avec d’autres jardiniers avec les récoltes du dimanche.

 

Nous en avons profité pour visiter le reste de la Friche Rouge qui foisonne de plantes et de fruitiers  : bouillon blanc, sumac, plante aux sorcières, ricin, mais aussi rosier, noisetier, framboisiers, muriers, et muscat de Hambourg ! Nous avons récolté quelques graines (onagre, notamment). Il y avait aussi de nombreuses plantes dont nous ignorons le nom.

Voici un petit aperçu en image :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci encore à Peggy pour sa réactivité à notre demande.

Publicités

Compost : où sont les fouisseurs ?

Suite à la permanence de dimanche 22 octobre, voici un point sur le composteur du jardin.

Hormis le fait que  nous manquons de matière sêche (mais nous devrions bientôt pouvoir récupérer du broyat pour alimenter le bac), l’état du compost qui a été retourné il y a maintenant trois mois (le 23 juillet) a rendu perplexe les jardiniers ce dimanche.

La matière nous semble trop humide. Des aliments sont jetés sans être découpés (artichaut, courge, choux….) … formant des poches qui pourrissent. On remarque des insectes, mais nous ne voyons pas de vers de terre, communément appelés les fouisseurs.

Or, un compost sans fouisseurs, c’est comme un chantier sans ouvriers.

Le bac de droite qui contient la matière en train de se transformer en compost est lui, au contraire très sec, et contient de nombreux gros morceaux (branches, noix de coco, avocats….). Là encore, pas de fouisseurs à l’horizon.

Pourquoi ont-ils déserté le composteur ?

Nous aurions besoin de l’expertise des compostiers. En attendant, les jardiniers ont arrosé le compost trop sec et retiré du bac à matière ce qui n’avait rien à y faire.

 

Il reste à rappeler lors des permanences aux utilisateurs du compost les bons gestes, et les choses à ne pas faire.

A surveiller !