Novembre au Jardin

Rien n’est plus beau qu’un jardin sous la pluie en automne….Odeurs, senteurs, sensations, frémissements, couleurs…les plantes et les insectes nous invitent à la contemplation.

Au Jardin d’Yvonne, les derniers plants de tomates et de courges ont séchés ou sont languissants. Ils laissent la place aux engrais verts, aux blettes, aux épinards semés il y a quelques semaines.

Et les champignons jouent les impudiques dans les allées !

 

Les cardons se déploient. Les salades d’hiver poussent. La sauge s’installe….les fraisiers se refont une santé !

Merci à tous les jardiniers qui, tels de petits colibris,  prennent un peu de temps pour semer, planter, entretenir….ici une salade, là un plant de fraisier… c’est aussi comme cela, avec de petites initiatives,  que notre jardin est vivant.

Alors, ne vous censurez pas : si vous avez très envie de participer, passez au jardin au moment des permanences, quand vous y trouvez un jardinier  ou quand vous en avez envie.

Vous serez toujours les  bienvenus et il y a toujours pleins de choses a faire  !

Un jour de chantier chez Yvonne…

….ou  comment réaliser l’étanchéité d’une toiture de kiosque!

Si vous êtes passés chez Yvonne depuis quelques temps,  vous avez dû remarquer un petit changement. En effet, nous avons refait l’étanchéité du toit qui laissait un peu à désirer.

Pour cela nous avons utilisé une bâche EPDM, spécialement prévue pour les toitures ou les bassins.

kiosque 1

Petit retour sur cette journée d’atelier :

– 10h : les premiers vaillants arrivent. L’objectif du jour est de poser une bâche sur la toiture afin de passer l’hiver (enfin : les nombreux futurs hivers …et automnes et printemps) au sec.

Le principe est simple : nous devons d’abord faire un double rebord, avec des lambourdes (non, non, pas des langoustes). Puis, nous poserons la bâche par dessus, sur l’ensemble de la toiture, et nous remplirons cette bordure avec des cailloux. Cela permettra de tenir et plaquer efficacement la bâche contre le toit.

Vous suivez ? C’est parti !

Tout de suite, quelques images qui parleront mieux.

-10h30 : on attaque les travaux !


Ce diaporama nécessite JavaScript.

-13h : le travail est long et minutieux,  il est maintenant temps de faire une pause bien méritée  !

Un bon apéro-repas partagé, comme on les aime ! Cornichons du jardin, tartes, salades en tout genre accompagnent les sirops de sureaux (du jardin !) , bières et autres denrées réconfortantes.

 

kiosque 9

– 14 h : Après le café, on y retourne avec les quelques renforts (Thierry et Bruno) qui nous ont rejoints.

Quelques finitions. On fait du travail de précision avec les yeux de lynx de Thierry. Encore quelques coups de râpe à bois et de scie pour enlever tous les angles vifs et on pourra poser la bâche

 

kiosque 10

Ça y est, première étape, la bordure est finie,  l’équipe manifeste sa joie !!

 

kiosque 11

Et voilà notre magnifique bordure qui fait le tour du toit. Elle est pas belle ?

kiosque 12

15h : Le travail est loin d’être fini : il faut monter la bâche sur le toit. Moment épique : n’est-ce pas Brice ? Mais, on y arrive ! Notre bâche est en EPDM. C’est un plastique (pas très écolo….) mais qui a des propriétés qui en font un bon compromis pour la durabilité de notre toit. Il est en effet étanche et il présente l’avantage de très bien résister aux UV, et de ne pas polluer l’eau de pluie qui ruissellera dessus. De plus, épais de 1,4 mm, il est très résistant pour un poids acceptable.

Étape suivante : dérouler la bâche sur tout le toit. Il faut bien la tendre ! Éviter les plis qui pourraient empêcher l’eau de s’écouler.

On tire ! On tend ! En faisant attention à ne pas déchirer la bâche…elle est solide, mais il ne faut pas pousser non plus ! Bon, ça déborde un peu…Notre bâche étant rectangulaire et notre toiture elliptique, c’est normal !

Ensuite, il faut monter nos pavés sur le toit……Puis, on les dispose dans notre bordure.

Ça y est, vous comprenez le principe ? Ainsi, notre bâche est bien plaquée sur tout son pourtour, et ne bougera pas même par grand vent ! Et en plus, c’est beau….

-18 h : Premier test officiel d’étanchéité

Le test, en vidéo !

YES, c’est bon !

 

Grâce à une astucieuse conception en spirale légèrement descendant, toute l’eau qui arrive sur le toit s’écoule vers un unique point où l’on pourra la récupérer.

Bon ! Et maintenant, on fait quoi ?

On découpe le surplus des bords, bien sur ! Ça nous fait pas mal de rab….. On rabat ensuite la bâche sous le toit avant de l’agrafer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

-19 h : Ça y est , c’est terminé !! Youhouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !!!

Voilà le résultat ! admirons au passage ce petit îlot de verdure dans Villeurbanne :

 

kiosque 29

Cette belle journée, possible grâce à une superbe synergie entre les participants, nous aura donc permis de réaliser ce chantier dans les temps.

Ces moments conviviaux qui jalonnent la vie du jardin depuis ses débuts nous motivent toujours pour continuer notre oeuvre chez Yvonne. Mention spéciale à Mohammed grâce à qui nous avons pu aller chercher les lambourdes avec son break. Merci aux petits bras de Christine, Julie….qui ont ramené des matériaux (galets, pavés, etc…) au Jardin et ceux qui ont donné quelques minutes de leur temps pour aider à ce chantier.

Un grand merci à tous les participants de cette journée  : Loris, Brice, Amélie, Anne, Thierry et Bruno. Grace à vous,  nous ne craignons plus la pluie !

Enfin, merci à Philippe et Nadine qui nous ont livré la cuve (en échange d’une centaine de graine d’aneth), cuve qui nous permettra de récupérer l’eau de pluie.

Après trois ans et demis, la fabrication du kiosque touche à sa fin. Manque encore l’arbre à palabre, la gouttière pour relier le toit à la cuve, et ……peut-être un prochain chantier très motivant :  végétaliser le toit !

« Envoyés spéciaux » : Carole et Loris  (montage-photos-textes)

 

Le Staphylin Noir (Ocypus olens)

Une fois n’est pas coutume, parlons insecte !

Ce dimanche, grâce à Arnaud, très savant sur le sujet, et qui a su identifier cette petite bête véloce, nous avons pu observer un staphylin noir qui se promenait dans le point d’eau de ville… Cet insecte aux mandibules impressionnantes et qui essaie de mordre lorsqu’on l’attrape (brrr, bravo Arnaud)  est un précieux auxiliaire au jardin.

Le Staphylin noir aussi appelé « le diable » est une des principales espèces du genre Staphylinus. Il en existe de différentes tailles pouvant être comprises entre 6 et 30 millimètres de longueur.

Quelle est sa fonction écologique ?

 Il aère le sol en se nourrissant de la matière en décomposition utile au compost entrant ainsi dans le recyclage de la nécromasse. Et il est un prédateur redoutable contre les pucerons, les acariens, les cochenilles, les mouches, les petites limaces…

A savoir qu’il existe une multitude d’espèces différentes, près de 2000 en Europe possédant des caractéristiques propres à chacune d’entre elle avec des couleurs variées et vivant de différentes manières.

C’était la minute savante ! Il y a toujours quelque chose à apprendre dans un Jardin urbain !

 

Diversité et qualité : les récoltes d’Yvonne

Une image valant parfois mieux qu’un long discours, voici un florilège des récoltes d’Yvonne photographiées au gré des permanences de cette dernière saison…Couleur, gout et saveur…Tout a été consommé, dégusté, accommodé, transformé et cuisiné !

Qualité et diversité symbolisent les productions de Tata Yvonne….

Road Trip des Jardins

Ce samedi matin, Road trip des Jardins Villeurbannais et des sites mis en place par les Incroyables Comestibles de Villeurbanne  pour un groupe d’utilisateurs de la Médiathèque du Tonkin.

Barbara a présenté à ces lecteurs curieux de culture potagère le dernier-né des Potagers urbains : le Potakin, inauguré samedi dernier. situé en plein coeur de Ville, au pied des terrasses du Tonkin, il a déjà fière allure, et sans nul doute, il va connaitre un développement très positif :

Thierry et Carole ont fait le lien pour présenter à ce groupe le Jardin d’Yvonne et qu’il découvre des formes de jardins différents, mais dont l’objectif commun reste le  mieux vivre en ville, et la reconnexion avec la nature en ville.

Catherine des Incroyables Comestibles Villeurbanne a mené le groupe sur les sites aménagé par l’association dans Villeurbanne (cf plan ci-dessus) et, après une halte au Jardin, ils ont poursuivi leur chemin en direction du Jardin des Poulettes.

Une belle initiative, à renouveler !

 

Eté brûlant

Aout 2018. Villeurbanne est alanguie et les habitants qui n’ont pas désertés la cité se font rares…La canicule alterne avec des orages brefs et puissants.

Au jardin, quelques motivés s’efforcent d’être présents aux heures de permanences et se trouvent parfois bien récompensés de leurs efforts par les productions de Tata Yvonne !

Un bel inventaire à la Prévert :

Tomates rondes, longues, en forme de poire, jaunes ou rouges, poivrons, piments, courgettes thaï, cornichons russes, premières courges…. baies de sureau noires, angélique, rhubarbe….Pois et haricot…Prunes sauvages, et promesses de pêche et de carottes….fleurs de sureau et baies d’aneth, fruits de la passion…Romarin, blettes à carde rouge….Larmes de Job, menthe et romarin…Thym et monarde…

….En image, c’est beau aussi :

Un florilège de tomates : devinez qui est l’intrus ?

 

Des récoltes variées et colorées :

 

 

Des promesses de figues, de pêches et de « fruits de la passion » :

 

Des fruits et des plantes qui poussent tranquillement :

 

N’oublions pas de mentionner les plantes plus mystérieuses et plus rares qui poussent au jardin. Médicinales, mellifères ou sauvages, elles méritent d’être redécouvertes  : l’angélique dont ont fait des confits ou du vin, le ricin, l’amarante,  et la grande bardane, avec sa multitude de boules piquantes ….

 

Et bien d’autres encore à redécouvrir ! Très bel fin d’été à tous !

 

Quoi de neuf, cet été ?

Quatre semaine déjà, que le solstice d’été est passé. Les jours sont encore long, nous sommes en plein dans la période de vacances. Les jardiniers se croisent, vont et reviennent.

Mais que c’est-il passé lors de ces dernières semaines ? Les permaculteurs ne sont pas restés les mains dans les poches, loin s’en faut.

Pour preuve, nous avons fabriqué un bac supplémentaire pour le compost, et procédé au retournement, sous un soleil de plomb, avec l’aide des petites mains de Léo (qui mérite bien son nom  !) et sous le regard circonspect de quelques petites souris !

Nous avons également fait et appliqué de la peinture naturelle, crée un abri à chauve-souris, réfléchit à la récupération de l’eau de la toiture, rangé, décoré et réparé….. :

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

tout ceci sans négliger le soin aux plantes, l’arrosage, les semis et les récoltes comme en témoignent les images qui suivent et sans oublier la convivialité, l’échange, le partage et le plaisir  :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Jardin en profite pour souhaiter la bienvenue aux nouveaux adhérents qui témoignent curiosité et intérêt pour toutes les activités !