Une journée à vélo

JduCompost.png

Publicités

Les sureaux d’Yvonne

Amis du jardin, si vous vous promenez en ce moment dans Villeurbanne, ou ailleurs, en ville ou à la campagne, vous remarquerez ces arbres, ou arbustes majestueux : les sureaux.

En ce moment, ils sont en fleurs et sont chargés de lourdes ombelles blanches et odorantes – voici un magnifique spécimen :

sureau en fleur

Au jardin d’Yvonne, nous avons la chance d’avoir trois sureaux sur le terrain : le plus grand se trouve sur la butte Piano, à proximité du patio. C’est déjà un bel arbre, qui mesure plus de deux mètres.

sureau sur la butte piano

Le long de l’avenue Roger Salengro, deux sureaux ont poussés spontanément. Ils sont encore jeunes mais font déjà quelques ombelles blanches.

Un sureau sur un terrain est signe d’un sol riche en azote, c’est un arbre utile dont on utilisait autrefois le bois très léger et creux pour faire des objets utilitaires et des flûtes !

On peut aussi cuisiner ses ombelles blanches en beignets. Elles ont un parfum très sucrée qui ressemble au litchi asiatique.

J’ai préféré faire un sirop dont je vous donne la recette : c’est simplissime, et je vous invite à venir au Jardin le goûter à l’occasion des prochaines permanences !

Voilà, à très bientôt au jardin pour partager un verre ! Et pourquoi pas, lancez-vous, vous aussi dans la confection de ce sirop très rafraichissant en été….

Bonne semaine !

 

 

 

Atelier Semis et Jard’Apéro du 22 avril

Petit retour sur une journée très ensoleillée au cours de laquelle de nombreuses personnes sont venues au jardin : adhérents, permaculteurs, jardinier amateur, et simple passants….Tous ont franchi la grille du Jardin et ont partagé un moment convivial et différent.

Tout a commencé avec un Atelier semis animé par Julie et Carole qui ont rappelé l’objectif de l’association et les principes de semis en serre froide et en pleine terre.

Nous avons fait ensemble le tour du Jardin pour visualiser les buttes ou parcelles ou seraient repiquées tomates, poivrons, monarde, angélique, œillets de poètes, christophine…

La serre froide a été monté amélioré d’un système de chassis très pratique ; nous avons pu également visualiser un prototype du plan du jardin qui sera prochainement affiché avec un support durable !

Retour en image sur cette belle journée :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A présent, il y a l’enjeu de l‘arrosage : les semis en serre froide doivent être arrosés, et la terre doit toujours être humide. Les semis en butte doivent être chouchoutés (les saints de glace ne sont pas encore passés) et ils doivent être arrosés régulièrement.

Attention, les tomates n’aiment pas qu’on arrose leur feuille, il faut arroser les pieds !

Soyons tous très attentifs à nos semis : on les aime, on les chouchoute !

Si la réserve d’eau est vide, il faut remplir les arrosoirs ou les seaux en prenant de l’eau au robinet de l’eau de ville, qui se trouve dans le regard à l’angle nord-ouest du jardin.

Bonne semaine  !

 

 

 

Une chasse aux œufs, des fleurs et un althéas

En attendant les prochains ateliers semis et repiquage des dimanche 22 et 29 avril, les jardiniers s’activent au jardin.

Dimanche dernier, des œufs de Pâques étaient cachés dans tout le jardin , et des petits (et des plus grands) ont soulevés plantes et feuilles pour découvrir les petits chocolats.

Sur le terrain, il y a fort à faire.

La végétation envahi les buttes et les allées, et si nous prenons soins à ne pas arracher sans discernement, il faut tout de même dégager les allées et faire de la place sur les buttes.

Première victime de ce ménage de printemps , un althéas qui occupait illégalement une butte et que Marlon a évacué au terme d’une lutte sans merci (Brice en rêvait, Marlon l’a fait).

Pendant ce temps, Julie donne de sa personne et installe un panneau pour rappeler les règles de savoir vivre quant aux déchets déposés dans le compost : on ne met pas de gros morceaux, ni de pain, ni trop d’agrumes, ni de sacs imprimés dans le compost !  (On ne met pas Julie dans le compost non plus !). Un petit tour chez nos amis du composteur des Gratte-Ciel qui ont eu la bonne initiative de mettre leur compost en pot et de le distribuer aux passants (bravo à eux !)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A part ça, on continue plan-plan nos semis, on entretiens les allées, on classe, on trie, on range les graines….. On se prépare pour les prochains ateliers. De jolies fleurs sont déjà présentes sur le jardin !

 

On a récolté des choux de Bruxelles, des brocolis, de l’oseille épinard, de la menthe, des pleurotes et des shiitakés………..Miam ! Tout cela sous un joli soleil de début de printemps !

A très bientôt au Jardin, on vous attend nombreux pour les prochains ateliers !

Chronique d’un composteur de quartier

Dimanche 25 mars, alors que les osmies,  sympathiques abeilles maçonnes qui ont élu domicile dans l’hôtel à insectes « quatre étoile » du jardin d’Yvonne,  bourdonnaient sans relâche, allaient et venaient , des fleurs à l’hôtel puis de l’hôtel aux fleurs, les jardiniers s’activaient pareillement autour du composteur.

Ce dimanche, en effet,  on retournait le compost !

Le composteur a été fermé pendant un mois, car il était plein et il fallait attendre la maturation pour entreprendre de le déposer.

Ce problème récurent pose la question centrale des besoins des habitants en composteur de quartier. Cette question citoyenne de premier plan est discutée avec les autorités locales, car une association ne peut porter à elle seule la problématique.

Lors de la dernière réunion mensuelle du Jardin, les adhérents présents ont collectivement décidé de ne pas réduire les permanences, ni la possibilité pour les habitants du quartier de venir librement déposer leur compost.

En revanche, il a été décidé d’être plus vigilant sur la qualité de la matière déposée -qui doit être réduite en petits morceaux. L’association souhaite aussi mieux connaitre les composteurs alentour pour mieux orienter les habitants. Et pourquoi pas un bac supplémentaire sur le Jardin…

En attendant, retour en image sur une journée ensoleillée ou le compost fut retourné, le patio fut bâché, des semis furent mis en pleine terre…. par des jardiniers enthousiastes !

La journée s’est terminée par un gouter de pâtisseries maison dont nous publierons bientôt quelques recettes !

 

PS : les photos ci dessus d’osmies ne sont pas des photos de « nos » osmies, mais elles sont représentatives de celles que nous observons en ce moment. N »hésitez pas à venir les observer au jardin.

Le Potakin, les voisins du Tonkin

Samedi 24 mars, le Jardin d’Yvonne a participé  à un moment formatif organisé par la Ville de Villeurbanne et son réseau des jardins partagés, sur le site du Potakin, le nouveau jardin partagé du Tonkin, situé à un vol d’hirondelle du Jardin d’Yvonne.

Le dernier-né des Jardin partagé de Villeurbanne se situe au  niveau du 43 rue du Tonkin, face au gymnase du Tonkin. L’espace est déjà délimité, par des carrés qui seront bientôt végétalisés.

 

Agnès Lombard, des Semeurs d’Escampette, animait cet atelier qui a attiré des personnes de jardins partagés tels que Le Doua Vert, mais aussi des habitants du quartier déjà impliqués dans le projet de jardin partagé, ainsi que des Villeurbannais qui possèdent  des jardins particuliers.

Il a été question de  la réflexion et la mise en oeuvre d’un plan de culture ainsi que de de la place des fleurs dans un jardin. L’occasion d’apprendre et d’échanger plein d’informations !

Engrais verts, rotation des cultures, choix des emplacements, place laissée aux cheminements, …..de nombreuses questions ont été débattues avec beaucoup d’intéret, puis ce fut le moment des travaux pratiques avec le semis d’une prairie fleurie, et le repiquage de plants d’aromatiques (thym – romarin….).

La dynamique est là, le projet est prometteur : le Jardin d’Yvonne soutient haut et fort ses voisins du Tonkin !

 

Soins des arbres fruitiers : les bons conseils d’Eugène

Dimanche 28 janvier, Eugène de l’association des Croqueurs de pomme, avec qui le jardin a un partenariat, est passé faire un diagnostic de nos arbres fruitiers et a dispensé de nombreux conseils d’entretien.

L’entretien des arbres, c’est assez technique et il faut une solide expérience pour se sentir à l’aise, et ne pas craindre de faire des gestes irrémédiables.

Nous avons été très attentifs, et particulièrement Amélie (merci à elle) qui a pris de nombreuses notes dont voici un sérieux résumé.

N’hésitez pas à poser des questions en commentaires ou à venir échanger au Jardin avec nous sur ces questions.

1. Pommier nationale

  • Forcer les branches en espaliers plus sévèrement
  • Limiter l’allongement
  • Éliminer les branches qui se dirigent vers le bas: plus une branche est basse moins elle est vigoureuse
  • Il faut tailler car en réduisant le quantité, on améliore la grosseur et la saveur.
POINT INFO !!

C’est le dernier œil qui détermine la direction finale.

  • Distinction entre œil floral → fruit et œil feuille → branches
  • œil poussant (branches… ) ou œil dormant (cicatrise pour l’année suivante)
RÈGLE des 3 yeux ou taille trigème
ASTUCE

Couper dans la ride en deux coups pour mieux suivre le tronc. Cela entraîne une meilleure cicatrisation.technique de coupe

POINT INFO !!Abricotier, cerisier, pêcher, amandier

La taille se fait après la nouaison, quand les fruits sont tombés.

NE JAMAIS tailler en hiver car cela fragiliserait l’arbre et le rendrait vulnérable aux champignons.

ASTUCE

Pour tailler, utiliser des outils propre et appliquer une couche de mastic suite à la coupe pour améliorer la cicatrisation.

POINT INFO !!

Un pépin est un individu alors que les techniques de marcotage/bouturage/greffe permettent de cloner un arbre. Donc s’il on souhaite préserver la pureté d’une variété, préférer les secondes techniques.

Greffe : apporter une cellule dans un autre corps en prélevant un œil de l’arbre que l’on souhaite greffer.

Il n’y aura pas de fruit la première année pour ne pas appauvrir la sève.

Le prunier est un bon porte greffe, il supporte beaucoup d’espèces.

On peut par exemple greffer un poirier sur un cognassier mais attention les pommiers ne supportent que des pommiers.

2. Poirier

Il est faible → il faut le renforcer.

Le manque de vigueur est-il du à un manque d’azote ? L’azote serait bloqué par la décomposition de la paille.

Nous appliquons une taille sévère dans le but de le renforcer.

NE PAS OUBLIER de le contraindre quand les branches pousseront

COUPE → STRESS → BOIS

3. Cognassier

Laisser une longueur de sécateur entre chaque pousse et couper les poussent qui se dirigent vers le bas.

Quelle forme voulons-nous donner au cognassier ?

  • Faire un deuxième étage
  • dorme de quenouille

choix de maintenir la forme basse pour éviter l’ombre

→ faire des arcures et tailler le centre

arcure pommier nationale

ASTUCE

L’arcure doit se faire en plusieurs fois et non pas en une pour être progressive.

ASTUCE

Quand on taille, la lame du sécateur doit être du côté de ce qui reste et l’enclume du côté de ce qui tombe.

Couper en sciant par dessous puis terminer par le dessus

4. Pommier Cusset

100 promesse de fleurs

Il faut soigner la forme pour lui donner plus de vigueur.

Taille en charpentières/ sous charpentières/ brindilles à la fois pour l’esthétique et pour le bien être de l’arbre.

soin pommier cusset

Faire un traitement cuprique ?

Contre le tigre du pommier le savon noir seul n’est pas efficace.

HUILE BLANCHE pour éliminer les larves.

BOUILLIE BORDELAISE juste avant le débourrage.

Traitement sur les pêcher pour éviter les cloques.

5. Figuier

Pas très vigoureux, à surveiller

6. Pêcher Saint-Fons

Idéalement 60 feuilles sur une branche, 6 pêches maximum par branche.

7. Abricotier

Les épines vont faire des branches. Attention à couper dans la ride pour éviter les champignons.

POINT INFO !!

Une ride correspond à une reprise de pousse donc à la pousse annuelle.

POINT INFO !!

Pour faire une bouture, il faut enterrer la branche d’environ 2/3 de sa hauteur.

Nœuds utiles : Le nœud de chaise

La boucle + clé qui permet de resserrer ou de retendre en fonction des saisons et des besoins.

POINT INFO !!

C’est le retour de sève qui permet d’alimenter les bourgeons.

Merci à Eugène pour ses conseils, et aux participants pour leur écoute attentive !

soin cognassier