Joyeux solstice d’été !

Le 21 juin 2018, c’est le solstice d’été : Pendant le solstice d’été de l’hémisphère nord, la Terre penche son pôle Nord vers le Soleil (source © Wikimedia Commons). 

soltice d'été   C’est l’occasion de fêtes païennes liées au soleil, à la terre, à la lumière, au retour des moissons,  de l’Égypte antique jusqu’aux célèbres rassemblements sur le site de Stonehenge.

En France, depuis 1982, sous l’impulsion du ministre de la Culture Jack Lang, c’est la fête de la Musique. Partout, chacun est encouragé à faire ou écouter de la musique en pied d’immeuble, sur les places publiques et dans les cafés.

Chez Tata Yvonne, solstice ou musique, il se passe toujours quelque chose un 21 juin !

Pour preuve, en image, une super-permanence avec dégustation des produits du jardin Compote Rhubarbe-Cassis, sirop de sureau, et les premiers concombre pour honorer le soleil  ! Et la bonne humeur en prime !

Joyeux Solstice et Bonne semaine !

Composteurs-tour à vélo

Le compostage est un enjeu majeur de l’amélioration de la qualité de la vie quotidienne.

Il constitue une action concrète et accessible à tous pour lutter contre le gaspillage,  et permet une prise de conscience vis à vis du processus naturel de renouvellement de la matière et donc,  de la ressource alimentaire.

Le jardin d’Yvonne est très préoccupé par cette question, compte-tenu de la demande qui croit, et des limites du composteur qui se remplit de plus en plus vite.

Nous avons voulu mieux connaitre le fonctionnement des autres composteurs de quartier pour trouver des solutions et améliorer notre fonctionnement.

Samedi 26 mai,  une petite délégation de jardiniers est donc partie en vélo à la rencontre des composteurs du quartier et des bénévoles qui s’en occupent.

Du jardin nous nous sommes rendus au composteur des Gratte-ciel, installé sur une parcelle amenée à déménager à terme mais pour le moment maintenue, rue Léon Chomel (au coeur des gratte-ciel, en face du Monoprix).

Puis nous avons mis le cap sur le jardin des Émeraudes et finis la matinée au jardin éco Part’Age qui était inauguré ce jour-même dans la rue Thiers.

Ce jardin porté pour le moment par LA MIETE  met en relation beaucoup de partenaires dont une école et une maison de retraite. Ils pensent pouvoir devenir un point de compostage à la rentrée prochaine et possède déjà de très beaux bacs.

Nous avons finis la journée au Doua Vert sur le campus de la Doua sous un soleil de plomb.

Trucs et astuces :

-Un seau ou un bidon découpé en forme de pelle dans la matière sèche pour permettre plus facilement de la récupérer

-Des copeaux de bois comme matière sèche ? Ce n’était pas recommandé par les compostiers mais le résultat au jardin des émeraudes laisse songeur.

-Un outil très léger dans le compost pour le retourner plus facilement.

De quoi rêver ……à un monde meilleur (n’est-ce pas Loris ?)

 

Pour finir, un petit bilan avec un joli tableau (bravo Amélie) :

Gratte ciel Émeraude Doua vert
Localisation 18 rue Chomel Villeurbanne 9 rue des émeraudes

Lyon 6ème

Campus de la Doua

rue des arts entre les résidences E et F

Villeurbanne

Statut Groupe d’usager Association Association
Modalité Gratuit, inscription sur une liste ou sont cochées les personnes à chaque permanence. 5€/an , inscription sur une liste ou sont cochées les personnes à chaque permanence. Gratuit peut-être vont-il demander une participation libre à la rentrée prochaine.
nombre 225 sont venu-e-s au moins une fois en mai 60 compost et 10 jardiniers ?
restriction aucune Habitant de Lyon 6ème dans la limite des 60 places aucune
Permanences Mardi/jeudi soir et dernier samedi du mois Samedi 11h-12h Libre accès avec code
Gestion des permanence Mail pour motiver les adhérents à s’inscrire au moins une fois. Liste papier annuelle ou les adhérents sont tenus de s’inscrire au moins une fois. Code donné par mail aux personnes souhaitant déposer leur compost.
Compost Retourné si nécessaire. Construction de bacs supplémentaires en cours pour absorber le trop plein. Retourné tous les 4 à 6 mois. Disposé dans le jardin quand le bac d’apport est plein. Volonté de passer progressivement vers un lombricomposteur.
Matière sèche Achat au compostiers. Demande sur la liste troc jardin (développée par le passe-jardin Lien avec les espaces vert du campus

Chronique d’un composteur de quartier

Dimanche 25 mars, alors que les osmies,  sympathiques abeilles maçonnes qui ont élu domicile dans l’hôtel à insectes « quatre étoile » du jardin d’Yvonne,  bourdonnaient sans relâche, allaient et venaient , des fleurs à l’hôtel puis de l’hôtel aux fleurs, les jardiniers s’activaient pareillement autour du composteur.

Ce dimanche, en effet,  on retournait le compost !

Le composteur a été fermé pendant un mois, car il était plein et il fallait attendre la maturation pour entreprendre de le déposer.

Ce problème récurent pose la question centrale des besoins des habitants en composteur de quartier. Cette question citoyenne de premier plan est discutée avec les autorités locales, car une association ne peut porter à elle seule la problématique.

Lors de la dernière réunion mensuelle du Jardin, les adhérents présents ont collectivement décidé de ne pas réduire les permanences, ni la possibilité pour les habitants du quartier de venir librement déposer leur compost.

En revanche, il a été décidé d’être plus vigilant sur la qualité de la matière déposée -qui doit être réduite en petits morceaux. L’association souhaite aussi mieux connaitre les composteurs alentour pour mieux orienter les habitants. Et pourquoi pas un bac supplémentaire sur le Jardin…

En attendant, retour en image sur une journée ensoleillée ou le compost fut retourné, le patio fut bâché, des semis furent mis en pleine terre…. par des jardiniers enthousiastes !

La journée s’est terminée par un gouter de pâtisseries maison dont nous publierons bientôt quelques recettes !

 

PS : les photos ci dessus d’osmies ne sont pas des photos de « nos » osmies, mais elles sont représentatives de celles que nous observons en ce moment. N »hésitez pas à venir les observer au jardin.

Février, froid et ensoleillé

Dimanche 18 février, 15 heures, la permanence  démarre au Jardin d’Yvonne, sous un froid soleil.

Quelques jardinières sont là. Du broyat, déposé sur la parcelle, est à mettre dans le composteur.

Mais, d’abord, on fait le tour du jardin. On observe, on scrute chaque coin de parcelle et de butte, pour voir ce qui a changé depuis la dernière fois. Des oignons ont commencé à faire un bulbe qui sera plus tard plein de graines, des feuilles dentelées vertes et blanches de chardon-marie sont apparues, des bulbes de lys s’épanouissent, la moutarde pousse…

Alors, on se lance : Julie plante des patates germées, Carole et Élodie sèment des pois à rame, Isabelle consolide les parcelles avec des petites structure en bois, et les costaud(e)s prennent pelles et fourche pour transporter le broyat !

 

Bientôt, de nombreux visiteurs passent et s’arrêtent quelques minutes pour bavarder, déposent leur compost, se renseignent …. Encore une fois victime de son succès  le compost déborde. Normalement, le retournement est prévu pour le 23 mars, soit dans plus d’un mois.Il va falloir prendre des dispositions et informer rapidement les adhérents des solutions de replis qu’il va falloir trouver.

Le printemps promet d’être agité ! Merci à Isabelle pour son thé qui nous a réchauffé …

Bonne semaine à nos lecteurs.

La fête des lumières au Jardin

Au jardin, vous le savez, on aime bien être un peu à contre-courant. Un peu tendance  « light my fire  » pour le côté non-conformiste !

Alors, le 8 décembre, on aime bien suivre la tradition et, en même temps,  innover en proposant une convivialité participative.

Les jardiniers-ères ont donc, comme il se doit, allumé des bougies dans tout le jardin pour qu’il soit beau et que les lumières fassent comme une multitude de lucioles dans les herbes des allées…C’était très joli.

Un feu a été allumé pour réchauffer la soupe et le vin chaud.

Il faisait plutôt gla-gla, mais très vite, on a oublié les pieds et les oreilles refroidis  (#j’ai-oublié-de-mettre-mes-moonboots) …

Une battle de vin chaud, avec pas moins de trois breuvage différents, au bon gout d’épices, a précédé la fameuse battle de coing – catégorie pâte de coing et catégorie gelée  !

Difficile de départager les concurrents, tant les préparations étaient délicieuses !

Au bout de quelques verres de vin chaud, les esprits étaient prêts pour la boite à idée semence :

les participants étaient invités à mettre dans la boite à idée les plantes et fleurs qu’ils aimeraient voir au jardin : leur vote sera pris en compte lors de l’établissement du plan de culture. Une réunion aura lieu dimanche 7 janvier pour réfléchir au plan de culture de l’année.

Il y avait également la boite « nom d’une butte ! »  afin de proposer le nouveau nom d’une butte qui est débaptisée. La proposition devait contenir le mot « butte », faire un bon jeu de mot, et si possible être drôle ou poétique   : de nombreux petits papiers ont été déposés dans la boite et les propositions seront reprises et feront l’objet d’un vote par le biais d’un « framavote » auquel tous les adhérents pourront bientôt participer !

Bravo aux participants qui ont fait preuve d’une belle imagination et on contribué à rendre cette soirée du 8 décembre si agréable ….!

 

A très bientôt !

Macérat huileux de consoude

Il y a bientôt un an, nous avions fabriqué un onguent à la consoude, lors d’un atelier animé par Denise. Préalablement, des macérats huileux avait été préparé pour la fabrication.

La consoude est une plante très utile au jardin. Elle sert d’engrais vert et a des vertus médicinales. On ne peut pas la consommer, mais on peut fabriquer des remèdes.

 

Vous la repèrerez très facilement grâce à son beau feuillage sombre et ample

mainImage-source-9485867

La macérat huileux va servir de base pour la fabrication de la pommade.

Dimanche 12 novembre, des pieds de consoude ont été déterrés. Les feuilles ont été mise à macérer dans un seau d’eau pour faire du purin.

Arnaud, Selim, Marie-Camille, Isabelle, Julie et Carole ont pris des racines pour faire des macérats qui serviront lors d’un futur atelier.

Le macérât de consoude

Il faut faire sécher des feuilles ou les racines de consoude pendant un ou deux jours, non lavées.

Découper les feuilles en petit morceaux, et faites de même avec les racines que vous découpez en rondelles.

Mettre les feuilles ou les racines dans un bocal propre et sec, et recouvrir d’huile. Concernant les feuilles, veillez à ce qu’elles soient toujours immergées.

L’huile : idéalement bio, elle peut être d’olive, tournesol, sésame, macadamia, pépin de raisin , etc….

A ce stade de la préparation, certaines personnes font chauffer cette mixture pour utiliser l’huile en elle-même.

En ce qui nous concerne, nous avons choisi de faire macérer pendant quelques semaines, pour ensuite fabriquer un onguent lors d’un futur atelier.

En image, quelques photos des macérats de l’année précédente :

 

 

 

Laisser macérer quelques semaines, surveiller de temps en temps, observer et n’hésitez pas à demander conseils en cas de doute.

Atelier onguent à la consoude 2016

A suivre !

Denise

Soigner ses arbres fruitiers

Ce dernier dimanche était fort animé au jardin d’Yvonne malgré le temps maussade et la pluie annoncée qui nous a laissés tranquilles..; tout au plus quelques gouttes en fin de journée.

Nous vous l’avions annoncé, il y avait un atelier avec notre ami Eugène de l’association des croqueurs de pommes.

Nous avons pu réviser ou apprendre (selon les cas) à soigner nos fruitiers, en particulier à supprimer quelques fruits en formation afin de permettre aux autres de bien se développer. Exemple sur les petits abricots, vous allez vite comprendre…avec les images ci-dessous : on fait l’état des lieux, on enlève d’abord les fruits qui se trouvent sous la branche car ils ne verront pas le soleil et tarderont à murir, ensuite on garde environ 4 fruits sur le bouquet en essayant de prévoir la place pour que chacun puisse bien se développer;

On fait de même pour le pommier et on en profite pour prévoir les arcatures à mettre en place, les tailles à programmer à partir de la sainte Catherine.

Pour le pêcher, on fait fait tomber les petits fruits qui ne demandent que ça, on élimine ceux qui sont sous les branches et il n’y a plus qu’à sélectionner ce que nous allons garder. Avis aux amateurs, nous passerons à la pratique dimanche prochain lors de la permanence habituelle.

Le public est nombreux et attentif, Eugène prépare le cerisier qui partira au jardin de Chamarel, admire notre petit cognassier qui a déjà de beaux petits fruits, bien distribués… nous avons presque hâte d’être déjà à l’automne ! C’est à ce moment que nous verrons à nouveau notre croqueur de pomme au jardin. Si vous voulez bénéficier des précieux conseil du spécialiste, vous pouvez vous rendre le samedi matin aux atelier qu’il propose au Verger Ecole situé à Vaulx-en-Velin, à l’angle du chemin du Gabugy et de la rue Alfred Beraud.

Pendant ce temps, d’autres prenaient soin du jardin, plantaient cueillaient, accueillaient les « coccinelles de Sans-Soucis » jardiniers amateurs comme nous ainsi que les nouveaux adhérents… La vie sociale liée aux activités de jardinage… Petit aperçu en images

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous avez vu des coquelicots, ne manquez pas de lire le dernier article sur la question…

A suivre…