Diversité et qualité : les récoltes d’Yvonne

Une image valant parfois mieux qu’un long discours, voici un florilège des récoltes d’Yvonne photographiées au gré des permanences de cette dernière saison…Couleur, gout et saveur…Tout a été consommé, dégusté, accommodé, transformé et cuisiné !

Qualité et diversité symbolisent les productions de Tata Yvonne….

Publicités

Eté brûlant

Aout 2018. Villeurbanne est alanguie et les habitants qui n’ont pas désertés la cité se font rares…La canicule alterne avec des orages brefs et puissants.

Au jardin, quelques motivés s’efforcent d’être présents aux heures de permanences et se trouvent parfois bien récompensés de leurs efforts par les productions de Tata Yvonne !

Un bel inventaire à la Prévert :

Tomates rondes, longues, en forme de poire, jaunes ou rouges, poivrons, piments, courgettes thaï, cornichons russes, premières courges…. baies de sureau noires, angélique, rhubarbe….Pois et haricot…Prunes sauvages, et promesses de pêche et de carottes….fleurs de sureau et baies d’aneth, fruits de la passion…Romarin, blettes à carde rouge….Larmes de Job, menthe et romarin…Thym et monarde…

….En image, c’est beau aussi :

Un florilège de tomates : devinez qui est l’intrus ?

 

Des récoltes variées et colorées :

 

 

Des promesses de figues, de pêches et de « fruits de la passion » :

 

Des fruits et des plantes qui poussent tranquillement :

 

N’oublions pas de mentionner les plantes plus mystérieuses et plus rares qui poussent au jardin. Médicinales, mellifères ou sauvages, elles méritent d’être redécouvertes  : l’angélique dont ont fait des confits ou du vin, le ricin, l’amarante,  et la grande bardane, avec sa multitude de boules piquantes ….

 

Et bien d’autres encore à redécouvrir ! Très bel fin d’été à tous !

 

Une chasse aux œufs, des fleurs et un althéas

En attendant les prochains ateliers semis et repiquage des dimanche 22 et 29 avril, les jardiniers s’activent au jardin.

Dimanche dernier, des œufs de Pâques étaient cachés dans tout le jardin , et des petits (et des plus grands) ont soulevés plantes et feuilles pour découvrir les petits chocolats.

Sur le terrain, il y a fort à faire.

La végétation envahi les buttes et les allées, et si nous prenons soins à ne pas arracher sans discernement, il faut tout de même dégager les allées et faire de la place sur les buttes.

Première victime de ce ménage de printemps , un althéas qui occupait illégalement une butte et que Marlon a évacué au terme d’une lutte sans merci (Brice en rêvait, Marlon l’a fait).

Pendant ce temps, Julie donne de sa personne et installe un panneau pour rappeler les règles de savoir vivre quant aux déchets déposés dans le compost : on ne met pas de gros morceaux, ni de pain, ni trop d’agrumes, ni de sacs imprimés dans le compost !  (On ne met pas Julie dans le compost non plus !). Un petit tour chez nos amis du composteur des Gratte-Ciel qui ont eu la bonne initiative de mettre leur compost en pot et de le distribuer aux passants (bravo à eux !)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A part ça, on continue plan-plan nos semis, on entretiens les allées, on classe, on trie, on range les graines….. On se prépare pour les prochains ateliers. De jolies fleurs sont déjà présentes sur le jardin !

 

On a récolté des choux de Bruxelles, des brocolis, de l’oseille épinard, de la menthe, des pleurotes et des shiitakés………..Miam ! Tout cela sous un joli soleil de début de printemps !

A très bientôt au Jardin, on vous attend nombreux pour les prochains ateliers !

Chronique d’un composteur de quartier

Dimanche 25 mars, alors que les osmies,  sympathiques abeilles maçonnes qui ont élu domicile dans l’hôtel à insectes « quatre étoile » du jardin d’Yvonne,  bourdonnaient sans relâche, allaient et venaient , des fleurs à l’hôtel puis de l’hôtel aux fleurs, les jardiniers s’activaient pareillement autour du composteur.

Ce dimanche, en effet,  on retournait le compost !

Le composteur a été fermé pendant un mois, car il était plein et il fallait attendre la maturation pour entreprendre de le déposer.

Ce problème récurent pose la question centrale des besoins des habitants en composteur de quartier. Cette question citoyenne de premier plan est discutée avec les autorités locales, car une association ne peut porter à elle seule la problématique.

Lors de la dernière réunion mensuelle du Jardin, les adhérents présents ont collectivement décidé de ne pas réduire les permanences, ni la possibilité pour les habitants du quartier de venir librement déposer leur compost.

En revanche, il a été décidé d’être plus vigilant sur la qualité de la matière déposée -qui doit être réduite en petits morceaux. L’association souhaite aussi mieux connaitre les composteurs alentour pour mieux orienter les habitants. Et pourquoi pas un bac supplémentaire sur le Jardin…

En attendant, retour en image sur une journée ensoleillée ou le compost fut retourné, le patio fut bâché, des semis furent mis en pleine terre…. par des jardiniers enthousiastes !

La journée s’est terminée par un gouter de pâtisseries maison dont nous publierons bientôt quelques recettes !

 

PS : les photos ci dessus d’osmies ne sont pas des photos de « nos » osmies, mais elles sont représentatives de celles que nous observons en ce moment. N »hésitez pas à venir les observer au jardin.

Qui suis-je ? reconnaître les plantes du jardin

Bonjour amie.s jardinier.s

Le 27 nov 2015, j’avais publié un article « qui suis-je ? » dans lequel i l y avait un diaporama sous forme de jeu d’identification. Plusieurs personnes m’ont récemment posé des questions en me disant « il n’y a pas la solution »…

Je ne peux m’empêcher d’être pédagogue (et oui on ne change pas sa nature si facilement), aussi je vais vous aider avant de donner peut-être des solutions.

Je vous invite donc à réagir par vos commentaires, ce sera le meilleur moyen d’apprendre ensemble.

Donc, je vous donne une liste des plantes (ordre alphabétique), à vous de les associer avec les numéros des images. Attention, on peut rencontrer plusieurs fois la même plante sous différentes plantes.

Achillée millefeuilles
Basilic japonais
Bourrache
Cardon
Chardon-Marie
Chélidoine
Chou fourrager
Chou Kale
Chou rouge (de Bruxelles)
Consoude
Courgette
Épinard-oseille
Mauve
Mouron des Oiseaux (stellaire)
Moutarde
Ortie dïode
Piment
Solanum aviculée (merci Damien de confirmer… sur cette plante, tu es hors concours pour le reste…)
Souci des jardins (Calendula)
Tanaisie
Pour vous aider, vous pouvez aussi consulter un autre article Atelier botanique du 12/06/2016

Il y aura une suite pour en parler. Vous pouvez aussi rajouter des images de plantes dans les commentaires pour nourrir cette recherche…
Herbier2R

 

Amusez-vous bien, Denise

 

 

Février, froid et ensoleillé

Dimanche 18 février, 15 heures, la permanence  démarre au Jardin d’Yvonne, sous un froid soleil.

Quelques jardinières sont là. Du broyat, déposé sur la parcelle, est à mettre dans le composteur.

Mais, d’abord, on fait le tour du jardin. On observe, on scrute chaque coin de parcelle et de butte, pour voir ce qui a changé depuis la dernière fois. Des oignons ont commencé à faire un bulbe qui sera plus tard plein de graines, des feuilles dentelées vertes et blanches de chardon-marie sont apparues, des bulbes de lys s’épanouissent, la moutarde pousse…

Alors, on se lance : Julie plante des patates germées, Carole et Élodie sèment des pois à rame, Isabelle consolide les parcelles avec des petites structure en bois, et les costaud(e)s prennent pelles et fourche pour transporter le broyat !

 

Bientôt, de nombreux visiteurs passent et s’arrêtent quelques minutes pour bavarder, déposent leur compost, se renseignent …. Encore une fois victime de son succès  le compost déborde. Normalement, le retournement est prévu pour le 23 mars, soit dans plus d’un mois.Il va falloir prendre des dispositions et informer rapidement les adhérents des solutions de replis qu’il va falloir trouver.

Le printemps promet d’être agité ! Merci à Isabelle pour son thé qui nous a réchauffé …

Bonne semaine à nos lecteurs.

Atelier semis du 28 janvier

« Mais pourquoi des semis si tôt ? » s’exclame le jardinier, perplexe et interrogatif.

Il est vrai que, d’une manière générale,  des semis réussis doivent réunir les conditions suivante : humidité, chaleur, lumière…

C’est pourquoi il est possible de commencer des semis dès la fin janvier à condition de les faire « à chaud » : c’est à dire, sous serre chauffée ou dans un intérieur ou il faudra les chouchouter….

Les discussions peuvent être interminables autour de questions telles que « doit-on commencer les tomates avant les poivrons ? Et si on semait des fèves ? Faut-il attendre la mi-février ? Et pourquoi  pas avril ? Et les saints de glace, alors ?  Attention au cycle de la lune !… »

C’est tout le charme du jardin  !

Donc, dimanche, nous avons parlé des semis de piments, poivrons et aubergine.

Ces trois lascars font partie de la famille des solanacées (comme la pomme de terre et la tomate) : ce sont des plantes fragiles, qui aiment la chaleur et qui poussent lentement.

Comme notre saison chaude est plus courte que sur le pourtour méditerranéen, il faut les commencer en intérieur, bien au chaud, pour qu’elle poussent tranquillement. Elles seront repiquées sous serre froide, puis en pleine terre dès que les gelées ne seront plus à craindre.

Amélie avait rédigé un petit guide des semis, Carole avait préparé des questions comme « qu’est ce que la dormance de l’aubergine ? » « quelle terre utiliser ? » « les bons gestes ? ».

Les graines utilisées proviennent de Biaugerme , et sont garanties ni hybride, ni F1 ! Ci-après, un jardinier heureux de repartir avec une terrine !

 

Chacun est donc reparti, qui avec un godet, qui avec une terrine pour chouchouter les semis à température ambiante : l’idéal étant 24° pour les semis de poivron et piment.

Merci aux participants qui ont bravé le froid, et mention spéciale à Jana, toute petite jardinière en herbe, pour son aide à l’arrosage !