Février, froid et ensoleillé

Dimanche 18 février, 15 heures, la permanence  démarre au Jardin d’Yvonne, sous un froid soleil.

Quelques jardinières sont là. Du broyat, déposé sur la parcelle, est à mettre dans le composteur.

Mais, d’abord, on fait le tour du jardin. On observe, on scrute chaque coin de parcelle et de butte, pour voir ce qui a changé depuis la dernière fois. Des oignons ont commencé à faire un bulbe qui sera plus tard plein de graines, des feuilles dentelées vertes et blanches de chardon-marie sont apparues, des bulbes de lys s’épanouissent, la moutarde pousse…

Alors, on se lance : Julie plante des patates germées, Carole et Élodie sèment des pois à rame, Isabelle consolide les parcelles avec des petites structure en bois, et les costaud(e)s prennent pelles et fourche pour transporter le broyat !

 

Bientôt, de nombreux visiteurs passent et s’arrêtent quelques minutes pour bavarder, déposent leur compost, se renseignent …. Encore une fois victime de son succès  le compost déborde. Normalement, le retournement est prévu pour le 23 mars, soit dans plus d’un mois.Il va falloir prendre des dispositions et informer rapidement les adhérents des solutions de replis qu’il va falloir trouver.

Le printemps promet d’être agité ! Merci à Isabelle pour son thé qui nous a réchauffé …

Bonne semaine à nos lecteurs.

Publicités

Atelier semis du 28 janvier

« Mais pourquoi des semis si tôt ? » s’exclame le jardinier, perplexe et interrogatif.

Il est vrai que, d’une manière générale,  des semis réussis doivent réunir les conditions suivante : humidité, chaleur, lumière…

C’est pourquoi il est possible de commencer des semis dès la fin janvier à condition de les faire « à chaud » : c’est à dire, sous serre chauffée ou dans un intérieur ou il faudra les chouchouter….

Les discussions peuvent être interminables autour de questions telles que « doit-on commencer les tomates avant les poivrons ? Et si on semait des fèves ? Faut-il attendre la mi-février ? Et pourquoi  pas avril ? Et les saints de glace, alors ?  Attention au cycle de la lune !… »

C’est tout le charme du jardin  !

Donc, dimanche, nous avons parlé des semis de piments, poivrons et aubergine.

Ces trois lascars font partie de la famille des solanacées (comme la pomme de terre et la tomate) : ce sont des plantes fragiles, qui aiment la chaleur et qui poussent lentement.

Comme notre saison chaude est plus courte que sur le pourtour méditerranéen, il faut les commencer en intérieur, bien au chaud, pour qu’elle poussent tranquillement. Elles seront repiquées sous serre froide, puis en pleine terre dès que les gelées ne seront plus à craindre.

Amélie avait rédigé un petit guide des semis, Carole avait préparé des questions comme « qu’est ce que la dormance de l’aubergine ? » « quelle terre utiliser ? » « les bons gestes ? ».

Les graines utilisées proviennent de Biaugerme , et sont garanties ni hybride, ni F1 ! Ci-après, un jardinier heureux de repartir avec une terrine !

 

Chacun est donc reparti, qui avec un godet, qui avec une terrine pour chouchouter les semis à température ambiante : l’idéal étant 24° pour les semis de poivron et piment.

Merci aux participants qui ont bravé le froid, et mention spéciale à Jana, toute petite jardinière en herbe, pour son aide à l’arrosage !

 

Tomates, cucurbitacées, pêcher…

Ce dernier dimanche, plusieurs personnes avaient répondu à l’appel lancé vendredi dernier pour les chantiers en cours ou à entreprendre :

  • poursuivre la traque au chiendent,
  • étayer les plantes de cucurbitacées qui commencent à envahir les plates-bandes
  • arroser et faire les différents petits travaux au jardin ce premier dimanche d’août.

Retour en images…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous vous attendons pour poursuivre les chantiers… la chasse au chiendent, la préparation de nouvelles structures pour aider les courges de toutes espèces de grimper au ciel, etc…

A très bientôt

Denise

Un plan pour bien comprendre le jardin

Bonjour à tous, jardiniers, visiteurs, sympathisants, passants…

Le plan de notre jardin n’est pas toujours lisible selon les saisons… Nous préparons un projet de panneau d’affichage. Voici un projet de plans qui viendra l’illustrer. Quelques images du jardin selon les saisons, l’histoire du jardin… On peut voir de belles évolutions du début à aujourd’hui.

plan-pour Panneau d'affichage_S

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’achillée millefeuille, l’herbe au soldat

coccinnelleSavez-vous que Vénus conseilla à Achille cette plante pour faire cicatriser sa plaie au talon ? Vous l’aurez compris, c’est un hémostatique puissant.

Savez-vous que l’on remplace parfois le houblon par de l’achillée pour le brassage de la bière dans le nord de l’Europe ?

Savez-vous qu’une décoction d’achillée permet d’activer la décomposition du compost en biodynamie ? Elle repousse également les insectes nuisibles aux cultures.

Ses propriétés sont nombreuses : cicatrisant, hémostatique, astringent,  antispasmodique, anti-inflammatoire, et j’en passe !
De ce fait, comme toutes les plantes riches en propriétés, il faut bien la connaître pour bien l’utiliser !

Pour les bobos des petits (et des grands), une compresse de vinaigre sera idéale. Il servira aussi en bain de bouche pour les gencives irritées ou même pourra fortifier votre cuir chevelu grâce à un massage de quelques minutes.

Vous avez les paupières gonflées ? une décoction fera l’affaire sur une compresse.

Les jambes lourdes ? le foie encrassé ? Une infusion de sommités fleuries…achilée

ATTENTION : Pas d’utilisation si vous suivez un traitement fluidifiant sanguin, ni pendant les règles, ni si vous êtes enceintes. Pour les enfants de moins de 12 ans, utilisez seulement en externe.

Sa teinture mère peut être très intéressante en cas de règles douloureuses, prise en prévention, mais aussi pour les suites de traumatismes musculaires.

Prenez l’avis des spécialistes bien sûr !

Petite recette : le vinaigre à l’achillée : placez dans un bocal une poignée de sommités fleuries d’achillées fraîches en morceaux et ajoutez un litre de vinaigre de cidre bio. filtrez après 15 jours.

pour aller plus loin : 250 remèdes naturels à faire soi-même,

Passeport-santé ;
Un jardin bio ;

Retrouvez la Fiche de la flore de Bonnier

 

Zoom sur les fleurs et les couleurs

Pour faire suite à l’excellent article de Denise sur la Sauge des prés (belle bleue dont on fait des bouquets..), poursuivons le tour des belles fleuries du jardin.

Le moi de Mai pointe le bout de son nez, et alors que l’on croise des  vendeurs de muguet au coin des rues, (une herbacée aux clochettes odorantes mais toxique, voire mortelle, si on la consomme), au Jardin d’Yvonne on aime toutes les fleurs, surtout  les comestibles.

Tour d’horizon des élégantes :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et pour les gourmands , les fèves sont là (mais patience, encore un peu de temps avant de les cueillir), les blettes foisonnent et le persil prend ses aises :

Merci à Marie-Noëlle qui nous a offert deux litres de jus de ver, de son lombricomposteur. Le jus de ver se dilue à 10% avec de l’eau et du savon noir, il sert d’engrais pour les plantes. A utiliser dans la saison, il ne se conservera pas plusieurs années.

 

Et pour finir, un peu de lecture, le dernier numéro de Viva Villeurbanne (mai 2017), sur les jardins de Villeurbanne parle de nous : Anne a été interviewée, et un article a reproduit fidèlement ses propos…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photo à la une : les petites pêches sont formées. Atelier arbres fruitiers avec Eugène de l’association Les Croqueurs de pomme très bientôt… Suivez l’info !

Très bon 1er mai à tous !